Les mesures pour contrer le coronavirus, la diminution de la consommation d’électricité et l’abondance de vent et de soleil ces derniers jours entraînent des prix de l’électricité négatifs

15/04/2020
Depuis le confinement, nous avons dû faire face à des prix de l’électricité négatifs presque tous les week-ends. En général cela se limite à quelques fois dans l’année, quand il y a beaucoup de vent ou de soleil inattendu et que cela ne pouvait pas être prévu. Dans ces cas-là, ENGIE s’efforce d’anticiper le plus tôt possible. Nous avons demandé à notre expert Wouter Van Melkebeek, Head of Power Dispatch CWE, comment ENGIE gère cette situation.

Pouvez-vous nous expliquer ce que sont les pics de prix (négatifs) ?

Les possibilités de stockage de l’électricité étant limitées, la quantité d’électricité produite doit toujours correspondre à la quantité consommée. Les prix de l’électricité dépendent de cet équilibre, ainsi que d’autres facteurs qui peuvent influencer cet équilibre et faire fluctuer les prix, tels que la température, le vent, le soleil, une capacité de production qui disparaît, etc.

Les pics de prix se produisent donc lorsqu’il y a un déséquilibre entre la demande et l’offre d’électricité. Lorsqu’il y a une pénurie de capacité de production, des pics de prix positifs font augmenter le prix de l’électricité ; lorsqu’il y a une offre excédentaire, nous sommes confrontés à des pics de prix négatifs. 

 

Comment se fait-il que pendant la crise du COVID 19, on observe de plus en plus de pics de prix négatifs ?

La crise du coronavirus nous a mis dans une situation particulière car de nombreuses entreprises sont inactives ou ne sont pas pleinement opérationnelles. Il en résulte que la consommation globale d’électricité est nettement plus inférieure qu’en temps normal en cette saison. Elia parle d’une baisse de la consommation d’électricité belge de 16% qui pourrait même atteindre 25% par rapport à début mars. Par ailleurs, les acteurs de marché avaient également acheté de grandes quantités d’électricité à l’avance, qu’ils ne sont pas toujours en mesure de vendre vu la baisse actuelle de la demande. Ceci, combiné à une grande quantité d’énergie éolienne et solaire, a fait que plusieurs weekends consécutifs depuis le confinement, le prix de l’électricité est descendu en-dessous de zéro. 

Lorsqu’il y a un déséquilibre dû à une offre excédentaire, comme c’est le cas aujourd’hui, des prix négatifs de l’électricité apparaissent. Les acteurs du marché doivent alors payer une somme pour chaque MW qu’ils fournissent en trop sur le réseau par rapport à la consommation de leurs clients. Ce mécanisme a été mis en place pour les encourager à assurer l’équilibre en réduisant notamment leur capacité de production.

 

Qu’a fait ENGIE pour anticiper ces pics de prix négatifs ?

Le dimanche de Pâques, nous avons observé que les prix du lendemain allaient tomber à -115 euros à 14 heures par rapport aux 40 à 50 euros par MWh normalement générés par les ventes day-ahead.

Nous avons donc immédiatement anticipé et avons pu garantir notre équilibre sur le réseau en arrêtant le parc éolien offshore Norther – dont nous sommes partenaires à 50% -, une trentaine de parcs éoliens onshore et la centrale biomasse de Rodenhuize à Gand. 

 

Beaucoup de gens s’interrogent sur le fait que les éoliennes ont été arrêtées alors qu’il est possible de moduler nos centrales nucléaires afin qu’elles produisent moins…

La crise du COVID 19 nous oblige à prendre les mesures nécessaires pour que nos centrales nucléaires puissent continuer à produire en toute sécurité. Concrètement, cela signifie que seul un tiers des personnes habituellement présentes sur nos sites le sont actuellement pour faire fonctionner les centrales en toute sûreté. Notre priorité est maintenant de les maintenir stables à 100% de leur capacité. Bien entendu, nous restons à la disposition d’ELIA si des problèmes devaient survenir sur le réseau. Notre centrale d’accumulation par pompage de Coo joue également un rôle très important dans l’équilibre du réseau et a été à la disposition ce weekend de Pâques.