Energie nucléaire

Electrabel est un des pionniers du nucléaire en Belgique. Son parc de production diversifié compte 7 réacteurs nucléaires, 4 à Doel et 3 à Tihange, comptabilisant une puissance totale de près de 6 000 MW. Ces sites de production comptent quelque 2 000 collaborateurs et leur production couvre environ 50% de la consommation d’électricité en Belgique.

Visitez également notre site web consacré à l'énergie nucléaire. 

L’utilisation de l’énergie nucléaire pour produire de l’électricité est un facteur important pour l’approvisionnement en énergie. En effet, le nucléaire comporte des avantages tant économiques, qu’énergétiques, et de réduction du CO2 :

  • Une électricité 24h sur 24, quasi 365 jours par an
  • Davantage d’indépendance par rapport aux grands fournisseurs de combustibles fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel)
  • Préservation des combustibles fossiles
  • Une des sources de production d’électricité les moins chères en Belgique
  • Une électricité en grands volumes et sans émission de CO2
  • Diminution de la nécessité d’importer de l’électricité
  • Un grand nombre d’emplois directs et indirects

 

Un peu d'histoire

Les années ’60 : une réponse adéquate

La Belgique opte pour une production électrique partiellement basée sur le nucléaire : la consommation connaît une croissance régulière et significative et les combustibles fossiles ne peuvent plus constituer la seule option envisageable pour répondre à la demande d’énergie. Cette politique conduira, dès 1968, à la construction de 4 réacteurs nucléaires à Doel et 3 à Tihange. La proximité de la Meuse et de l’Escaut est idéale pour l’approvisionnement en eau de refroidissement.

 

1975-1985 : choc pétrolier et mises en service

Mis en service en 1975, les premiers réacteurs Doel 1, Doel 2 et Tihange 1 arriveront bien à propos pour atténuer la dépendance pétrolière de la Belgique.

Les travaux de Doel 3 et Tihange 2 s’achèveront successivement en 1982 et 1983. Suivront enfin les réacteurs Doel 4 et Tihange 3 qui seront mis en service en 1985.

 

2000-2025 : la question de l’avenir du nucléaire en Belgique
Le Parlement fédéral belge se questionne sur la politique énergétique du pays. La question de la continuité ou de l’arrêt des centrales nucléaires sur le territoire belge se pose en particulier. Selon les décisions actuelles, les 7 réacteurs ne seront plus opérationnels après 2025.

 

Comment fonctionne une centrale nucléaire de type réacteur à eau sous pression (Pressurized Water Reactor ou PWR) ?

PWR foto

10,5% de l’électricité produite dans le monde provient du nucléaire. Il existe 454 réacteurs nucléaires en fonctionnement, répartis dans 30 pays (source: IAEA).

Il existe plusieurs types de réacteurs nucléaires :

  • PWR : réacteur à eau sous pression (Tihange/Doel) ; près de 2/3 des réacteurs dans le monde sont de ce type
  • Boiling Water Reactor ou BWR : réacteur à eau bouillante (Fukushima)
  • RBMK : réacteur à eau légèrement bouillante modéré au graphite (Tchernobyl)

Une centrale nucléaire de type réacteur à eau sous pression (PWR) comme à Tihange ou à Doel, possède 3 circuits d’eau entièrement indépendants les uns des autres. Le fonctionnement en bref :

  • La chaleur libérée par la fission des noyaux d’uranium dans le réacteur est transmise à l’eau du circuit primaire.
  • L’eau chaude du circuit primaire cède sa chaleur à l’eau du circuit secondaire dans un générateur de vapeur, et se transforme en vapeur.
  • La vapeur actionne une turbine couplée à un alternateur qui produit de l’électricité.
  • La vapeur utilisée par les turbines se refroidit dans un condenseur où elle se transforme en eau suite au contact avec l’eau de refroidissement d’un troisième circuit. Elle revient ensuite dans le générateur.
  • L’eau de refroidissement réchauffée se refroidit dans une tour de refroidissement. Une petite partie s’échappe de la tour ; il s’agit du panache de vapeur.

Schema Doel FR

  • Le réacteur : une large cuve en acier ultra épais qui accueille les crayons de combustible et produit de la chaleur.
  • Le combustible : de l’uranium enrichi à 4%, sous forme de pastilles, elles-mêmes assemblées en crayons.
  • Les générateurs de vapeur : ils échangent la chaleur, entre le circuit primaire et le circuit secondaire. Grâce à eux, l’eau et la vapeur du circuit secondaire n’entrent jamais en contact avec l’eau du circuit primaire.
  • Les turbines à vapeur : composées de plusieurs corps, elles tournent sous la pression de la vapeur.
  • L’alternateur : il transforme l’énergie mécanique en électricité.
  • Les transformateurs : ils portent la tension à 380 kV pour minimiser les pertes lors du transfert jusqu’aux usagers.
  • Le condenseur : il échange la chaleur de la vapeur avec l'eau d'un circuit tertiaire. La vapeur se retransforme alors en eau.
  • La salle de commande : toute l’activité de la centrale y est contrôlée 24 heures sur 24 : démarrage, arrêt, modulation, etc.
  • La tour de refroidissement : refroidit l’eau réchauffée du condenseur au contact d’un courant d’air ascendant.

Pour en savoir plus sur les centrales nucléaires et l'énergie nucléaire, consultez le site web du Forum Nucléaire.

Découvrez tous nos sites de production