ENGIE M2M et l’IoT assurent la sécurité au travail en période de Covid-19

Cinq ans déjà qu’ENGIE M2M développe des solutions all in dédiées à l’Internet des Objet et basées sur la solution de connectivité Sigfox. A l’occasion de cet anniversaire, son CEO Dirk Indigne et le Key Account Manager Maarten Van Aerde tirent le bilan, présente les technologies liée à la sécurité au travail liées à la pandémie et lève le voile sur les ambitions futures…

Que peuvent avoir en commun la transmission automatique des données de consommation des compteurs d’eau et la recharge intelligente des voitures électriques ? Ou le contrôle en temps réel du taux d’occupation des bureaux dans le cadre de la prévention de la Covid-19 et le suivi de palettes à travers le monde ? Tous sont tous le résultat de l’alliance de l’Internet des Objets (IdO) et de la solution de connectivité Sigfox utilisée par ENGIE M2M en vue de soutenir cette technologie. 


Depuis 5 ans, ENGIE M2M a ainsi mis en place un réseau composé de centaines d’antennes couvrant toute la Belgique afin de capter et de transmettre les signaux radio émis par des capteurs connectés. Cette solution se concentre sur les applications dotées de capteurs alimentés par batterie. « L’Internet des Objets devient vraiment utile lorsqu’il permet d’envoyer et de recevoir de grandes quantités de données sans se ruiner, souligne Dirk Indigne, CEO d’ENGIE M2M.  La facture totale du client dépend essentiellement de deux choses : la durée de vie de la batterie des capteurs et les frais d’abonnement nécessaires à l’envoi des données. Et nous sommes les champions de ces deux catégories. » 


ENGIE M2M fête son 5e anniversaire. Quel bilan tirez-vous de ces 5 années ?

Dirk Indigne : « Au début, nous avons vraiment vu grand. Nous étions persuadés que l’Internet des Objets révolutionnerait tout. Nous ambitionnions d’installer un maximum d’antennes dès le lancement du projet afin de capter et de transmettre tous les messages des objets connectés. Malheureusement, tout ne s’est pas passé comme prévu. Le développement de notre nouveau réseau télécom s’est déroulé assez rapidement, étant donné que nous gérions l’intégralité de ce volet en interne. Nous n’avions cependant pas pensé au temps qu’il nous faudrait attendre avant d’assister à l’apparition des capteurs et des applications adéquats sur le marché. Certes, différents prototypes prometteurs ont rapidement vu le jour, mais passer d’un prototype à une solution industrielle à part entière requiert un travail de recherche colossal et de longs cycles d’essai. Nous avons donc dû patienter avant d’assister à une réelle croissance du nombre d’objets connectés à notre réseau. » 

Cela fait maintenant cinq ans. Où peut-on trouver la technologie M2M d'ENGIE aujourd'hui ?

D. I. : « Nous avons désormais quelques belles références à notre actif. Par exemple, nous avons décroché un contrat portant sur la transmission de données de consommation de compteurs d’eau situés à Anvers et à la Côte vers leur centrale de gestion. Une réussite qui prouve toute la puissance de notre système, car ces compteurs sont souvent placés dans des caves, des espaces difficilement accessibles à la plupart des réseaux sans fil. Cette technologie permet même de fermer des robinets qui fuient à distance ou encore de réduire le débit d’eau en cas de sécheresse. Un autre succès est notre solution Track & Trace, qui permet de localiser des palettes et des conteneurs partout dans le monde et même d’en contrôler la température. Notre application consomme tellement peu d’énergie qu’elle nous permet d’envoyer ces données de manière automatisée deux fois par jour durant 8 à 10 ans. » 
Maarten Van Aerde : « Dernièrement, nous avons aussi décroché une collaboration avec Ardo, dont nous suivons les conteneurs. Nous assurons en outre le suivi des envois urgents d’Arcelor Mittal. »

 

Track & Trace

Quelles nouvelles applications sont en vogue sur le marché pour l’instant ?

M. V. A. : « Nous proposons désormais une solution destinée aux entreprises souhaitant s’assurer du respect des mesures de prévention de la Covid-19. Elle permet de mesurer le taux d’occupation des bureaux et d’y contrôler la qualité de l’air, mais elle autorise également les travailleurs à réserver un environnement de travail depuis leur smartphone. Cette application est le fruit de notre collaboration avec Rapal, une entreprise finlandaise spécialiste en la matière depuis plus de 30 ans. Nous commercialisons également des unités de désinfection des mains réalisées par la société belge Safe & Clean. Dès que la quantité de produit contenue dans une unité est inférieure à un niveau déterminé, le responsable de cette unité reçoit une notification l’informant qu’elle doit être remplie. Un produit en très forte demande en ce moment. »
D.I. : « Nous enregistrons actuellement pas moins de 15 000 nouveaux abonnements nets par mois pour un effort commercial moindre. Aujourd’hui, nos clients sont tout à fait familiarisés avec notre technologie. »

Où voyez-vous ENGIE M2M dans quelques années ? 

D.I. : « Notre ambition en matière de technologies à faible consommation reste élevée même lorsque les conditions du marché ne sont pas évidentes. Sigfox permet déjà de transmettre des données au prix le plus bas. Cette solution est parfaite pour suivre un colis ou être informé de l’ouverture d’un paquet. Nous ne pourrons concrétiser nos ambitions qu’en proposant le matériel nécessaire à un prix défiant toute concurrence. Et à l’heure actuelle, Sigfox est la seule solution qui nous permette de le faire. Prenons un exemple : l’envoi d’un message lors de l’ouverture d’une des fenêtres d’une habitation. On pourrait tout à fait envoyer cette notification sans batterie. L’énergie générée par l’ouverture du mécanisme de la fenêtre est suffisante pour envoyer un message. »

Sigfox a-t-elle une portée internationale ?

D. I. : « Nous sommes le partenaire belge de Sigfox, mais nos produits fonctionnent partout dans le monde. Nous sommes capables d’assurer le suivi d’un conteneur tant en Belgique qu’à l’étranger. Et cela ne coûte pas plus cher au client !  Sigfox compte des représentants établis dans 70 pays. Chaque opérateur travaille à l’échelle locale, mais gère également les messages à destination des partenaires implantés dans sa région. D’ailleurs, nous avons créé une société faîtière sise en Belgique afin de renforcer encore la collaboration entre les partenaires de Sigfox. Une solution parfaite pour nous, mais aussi pour nos clients. »