Primeur en Belgique: sept acteurs de premier plan signent un accord de collaboration pour le transport d’hydrogène

L’objectif climatique de réduire d’ici 2050 les émissions de CO2 en Belgique de 80% par rapport à 2005 est un défi de taille. L’hydrogène peut jouer un rôle important dans la panoplie de solutions pour y arriver. C’est dans cette optique que Deme, ENGIE, Exmar, Fluxys, Port of Antwerp, Port of Zeebrugge et WaterstofNet font cause commune. Tous ces partenaires vont réaliser une étude dont l’objectif est de développer des projets concrets de production, de transport et de stockage de l’hydrogène.

1273852400

Combiner leur savoir-faire

Une économie de l’hydrogène repose sur l’hydrogène comme vecteur d’énergie durable utilisée pour la production d’électricité et de chaleur, le transport et la production industrielle.

Pour que l’économie de l’hydrogène soit viable, il faut pouvoir produire suffisamment d’électricité renouvelable pour la production d’hydrogène. La Belgique ne produit pas encore suffisamment d’énergie éolienne ou solaire et une partie de l’énergie renouvelable doit donc être importée. Les solutions techniques et économiques pour l’importation, le transport et le stockage d’hydrogène exigent un savoir-faire spécifique. C’est pourquoi sept grands acteurs industriels et les instances publiques joignent leurs forces : Deme, Engie, Exmar, Fluxys, Port of Antwerp, Port of Zeebrugge et WaterstofNet ont signé un accord de collaboration pour coordonner leurs savoir-faire respectifs et franchir ainsi une étape importante vers une économie belge de l’hydrogène.

 

Une feuille de route pour l’hydrogène

Les partenaires réaliseront en première instance une analyse commune de la chaîne d’importation et de transport de l’hydrogène afin de cerner tous les aspects financiers, techniques et réglementaires de la chaîne logistique totale : production, chargement et déchargement, transport par mer et par pipe-line. Cette analyse doit leur fournir une feuille de route sur la meilleure manière de transporter l’hydrogène jusqu’à ses différents utilisateurs dans le secteur de l’énergie et de la chimie. Ses résultats sont attendus d’ici un an environ. Ils constitueront la base de projets concrets.

 

Luc Vandenbulcke, CEO de Deme: “Nous sommes convaincus que l’hydrogène peut jouer un rôle crucial dans la transition énergétique. Forts de notre position de pionnier du développement, de la construction et du financement de parcs d’éoliennes en mer, nous souhaitons mettre notre savoir-faire au service de la production, du transport et du stockage d’hydrogène produit par des sources d’énergie renouvelables. La Belgique peut grâce à cette collaboration unique en son genre jouer un rôle prépondérant dans l’économie verte de l’hydrogène et la réduction des émissions de CO2.

 

Philippe Van Troeye, CEO de ENGIE Benelux: ”L’hydrogène est un maillon essentiel d’un système économique peu émetteur de CO2. Notre participation à ce projet et notre volonté de partager notre expertise en matière d’énergie renouvelable et d’hydrogène s’inscrivent parfaitement dans l’ambition d’ENGIE d’être leader de la transition zéro carbone en développant des solutions intégrées et sur mesure pour nos clients.”

 

Nicolas Saverys, CEO d’Exmar: “Spécialiste du transport international de gaz naturel, de GPL, d’ammoniac et autres gaz pétrochimiques, Exmar est entièrement tourné vers l’avenir et souhaite contribuer aux solutions permettant de rendre la chaîne de transport de l’hydrogène la plus efficace et économique possible. Notre longue expérience du transport et de la transformation de gaz dans des conditions optimales de sécurité est ainsi mise à profit pour soutenir toutes les initiatives visant à privilégier l’utilisation de l’hydrogène.

 

Pascal De Buck, CEO de Fluxys:Le transport et le stockage de gaz constituent le cœur de notre métier. Notre activité porte actuellement sur le gaz naturel mais concernera de plus en plus d’autres gaz comme l’hydrogène et le biométhane. En réutilisant au maximum nos infrastructures pour des sources d’énergie neutres en carbone, nous participons activement à la transition énergétique.”

 

Jacques Vandermeiren, CEO de Port of Antwerp:Nous souhaitons donner à l’hydrogène toutes ses chances comme source d’énergie, élément de base de la chimie et carburant. C’est pour cela que nous nous engageons comme locomotive de l’économie à base d’hydrogène. Notre cluster chimique, le plus grand d’Europe, fait de notre port un maillon important de cette chaîne. Nous envisageons également des collaborations avec d’autres grands clusters et des instituts scientifiques et nous souhaitons mettre l’expérience de cette coalition au service de nos ambitions internationales.

 

Joachim Coens, administrateur délégué de Port of Zeebrugge: Zeebrugge est déjà aujourd’hui un point d’amarrage important de l’énergie éolienne générée en mer du Nord. Nous allons assister dans les années à venir à un gigantesque développement des énergies renouvelables, l’éolien, le solaire, l’énergie générée par les marées… Le défi est donc de transporter et stocker l’énergie verte en grandes quantités. C’est ici qu’intervient le port de Zeebrugge en sa qualité de hub multifonctionnel. Si l’hydrogène se révèle être une solution pour le transport et le stockage d’énergie, cette activité peut parfaitement se dérouler à Zeebrugge, avec ses excellentes infrastructures , sa capacité de stockage et ses pipelines, sans oublier ses longues années d’expérience.”

 

Adwin Martens, directeur de WaterstofNet: “En notre qualité de pionnier des évolutions liées à l’hydrogène en Flandre et coordinateur de IBN Power-to-Gas, nous sommes particulièrement heureux que de solides acteurs se coalisent autour du thème de l’importation, du transport et du stockage à grande échelle de l’hydrogène. Cette collaboration offre d’excellentes perspectives pour une montée en puissance de l’’hydrogène dans les applications industrielles”.

It's only fair to share...Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedIn